Sepp Holzer

Le Krameterhof, fief de Sepp Holzer, l’agriculteur rebelle.

Sepp Holzer nous propose un exemple de permaculture que je trouve très inspirant car il prend place dans les montagnes, dont on entend aussi en Suisse qu’elles sont incultivables.

Sepp Holzer hérite du Krameterhof en 1962. Il est alors âgé d’une petite vingtaine d’années et il va y créer non seulement une ferme hors du commun mais un véritable laboratoire d’agriculture biologique.

Le Krameterhof est un domaine de 40 hectares situé dans une région surnommée « la petite Sibérie autrichienne ». Le domaine est accroché au mont Schwarzenberg à 1500 mètres d’altitude. Lorsqu’il commence son projet fou de ferme en permaculture, Sepp Holzer récolte avant tout les quolibets, les moqueries et le septicisme de ses voisins.

Un domaine en terrasses

Pour parer au ruissellement des eaux de pluies qui « lavent » le terrain et le privent de précieux éléments nutritifs, Sepp Holzer s’inspire des rizières asiatiques et aménage les lieux en terrasses. Cet aménagement cher à la permaculture transforme les lieux en un paradis fertile.

L’eau : une invitée choyée

L’eau est traitée avec respect et choyée. Plus de 70 mares, lacs et étangs lui sont dédiées et permettent de circuler. Ce faisant, l’eau fournit de l’énergie hydraulique qui alimente la ferme en électricité. Elle héberge au passage de nombreux poissons et écrevisses et aménage des bassins d’aquaculture naturels. L’alternance des terrasses cultivées, des plans d’eau et de murs de pierre est à l’origine de microclimats. La chaleur qui s’accumule dans la journée est libérée la nuit et limite les écarts de température. Cette technique permet de petits miracles parmi lesquels une quinzaine de sortes de cerisiers, des citronniers ou des kiwis… d’altitude.

Miraculeuse diversité

La permaculture s’appuie sur la diversité et Sepp Holzer l’a bien intégré. En multipliant les variétés de plantes, il limite les parasites. Il associe des graines de légumes, de fleurs sauvages, de plantes associées pour un total de 40 à 50 variétés pour chaque parcelle. L’immense réseau de racines qui en résulte stabilise le terrain et limite l’érosion. Chaque mètre carré fournit des récoltes dans un enchevêtrement improbable : les laitues côtoient les digitales, des courges, du mais noire ou des variétés anciennes de pommes de terre s’improvisent des habitats tels que des amoncellement de pierre.

100% autonome

A force de travail, Sepp Holzer a prouvé que l’agriculture durable et la permaculture dans des conditions extrêmes sont possibles. Il n’utilise que des semences de variétés anciennes reproductibles, robustes et nutritives. L’autonomie alimentaire et énergétique ont été acquises en maintenant un équilibre naturel où tous les acteurs vivant dans les alpages (faune, flore, éléments, humains,) coopèrent en synergie.

Le partage pour récompense

Aujourd’hui des agriculteurs viennent à la ferme du Krameterhof pour voir et apprendre. Sepp Holzer y organise des séminaires afin de partager sa vision et de la rendre accessible à tous.
Ses voisins de la communauté du Lungau ne se moquent plus. Ils sont convaincus et veulent étendre la mise en pratique de la permaculture à toute la région. Grâce à ses formations, des expériences similaires ont vu le jour partout dans le monde. Une belle récompense pour le rebelle aux mains vertes !

Son livre 

Blooming companies vous accompagne pour gérer vos finances personnelles et vos projets entrepreneuriaux de manière durable en appliquant les principes de la permaculture. La permaculture est une méthodologie éthique de conception de systèmes inspirés de la nature.
> Inscrivez-vous pour recevoir nos prochains articles.

Aucun commentaire
Poster un commentaire

 |