Blog

Blooming Companies / Actualité  / Potager de chantier
Potager de chantier

Potager de chantier

 

S’il y a une chose que j’aime beaucoup dans cette transition que vous amorçons collectivement, c’est qu’elle s’opère aussi au-delà des classes sociales. S’il est de bon ton chez les bourgeoise d’être écolo-bobo-branchouille et de faire l’apologie de « mon petit boucher local », « mon maraîcher bio ». Ailleurs au même instant, d’autres stratégies émergent. Démonstration avec le potager de chantier de la Vallée de Joux. 

Les laissés-pour-compte du repas de midi.

Il y a quelques années, dans le cadre de mon agence d’événement ARCHI-EVENT, j’ai envisagé de mettre sur pied des cantines mobiles pour offrir aux ouvriers qui travaillent sur des chantiers de construction des repas équilibrés. Le constat était que beaucoup d’entre eux mangeaient mal, faute de lieu où se procurer la nourriture (sur les chantiers excentrés), faute de budget souvent et parfois faute de connaissances. Nombre d’entre eux avouaient des problèmes cardio-vasculaires dont une des causes identifiées était une alimentation inadaptée.

Un accueil dubitatif.

A l’époque j’avais approché les entrepreneurs pour leur proposer un partenariat. Ils avaient à gagner à ce que leurs équipes soient en meilleure santé. Mais je me suis heurtée à des préjugés. « Vous voulez leur servir des légumes ? Ma pauvre petite dame, laissez tomber, ça ne va jamais marcher »
Alors j’ai approché les ligues de promotion de la santé. Ils n’ont pas totalement rejeté l’idée mais elle ne rentrait pas dans leur calendrier.
Sans soutien et face à l’émergence des food trucks, je suis passée à autre chose.

Là-bas dans la vallée, un petit miracle.

Lundi passé, on m’a rapporté une pépite de progrès. Sur un chantier dans la vallée de Joux, un petit groupe d’ouvriers s’est réunit autour d’un projet. A coté de leur cahute, ils ont aménagé un potager de chantier. Il fait encore froid dans la vallée alors ils ont créé une petite serre avec des bâches d’emballage récupérées sur le chantier. Les panneaux de coffrage et diverses planches ont trouvé une seconde vie pour encadrer les frêles pousses de laitue et aménager des allées. Alignés dans cet endroit incongru, maïs, laitues, courgettes, haricots et aubergines s’apprêtent donner une touche de vert au milieu des gravas. Ils ont inventé le concept de potager de chantier. Bien sûr on est encore loin de l’autonomie alimentaire et ce n’est pas le but mais l’idée de produire une partie de sa nourriture sur son lieu de travail ouvre un champ de réflexions intéressantes.

Autour d’un potager se créent des rencontres.

Le directeur de travaux qui m’a rapporté l’info m’a expliqué qu’au premier abord, les ouvriers ont eu peur d’être réprimandés. En Suisse, quand ce n’est pas obligatoire, dans le doute, on projette que c’est interdit. Puis voyant son intérêt, ses félicitations, le voyant prendre des photos, c’est de la fierté qui est apparue. Depuis le potager est un sujet de discussion, un « small talk » qui détend, créée de la relation et facilite la collaboration.

Tout est là.

Pour ces ouvriers, pas besoin de grandes théories économiques ou de démonstration écologique alarmiste. Ils font du recyclage spontané. Les vitamines de leurs productions vont les régénérer. La discussion autour du potager de chantier va contribuer à leur identité et leur appartenance. On est de plein pied dans une démarche régénérative et vertueuse.
J’aime leur réponse lorsqu’on les questionne sur leurs motivations : « Ca nous fait plaisir »

Blooming companies vous accompagne pour gérer vos finances personnelles et vos projets entrepreneuriaux de manière durable en appliquant les principes de la permaculture. La permaculture est une méthodologie éthique de conception de systèmes inspirés de la nature.
> Inscrivez-vous pour recevoir nos prochains articles.

Aucun commentaire
Poster un commentaire

 |