Blog

Blooming Companies / Argent  / Flop la tulipe !
tulipe

Flop la tulipe !

– où l’on découvre que la première bulle spéculative de l’histoire était bel et bien botanique –
Bon j’en vois qui rigolent dans le fond, qui disent que la permaculture ça n’a rien à voir avec la finance et que ce n’est pas très sérieux tout ça. Qu’il vaut mieux s’intéresser aux cryptomonnaies. Alors c’est le moment où jamais de faire une petite séquence historique sur la tulipomanie, la première bulle spéculative historique. 

La crise des tulipes est l’un des krach boursiers les plus connus. Il a été analysé et décrypté sous tous les angles. Aujourd’hui encore, c’est un cas pratique de référence sur la création, le déploiement et l’explosion d’un bulle spéculative.

La bulle nait en 1935 dans les Provinces-Unies (aujourd’hui renommés Pays-Bas) et continue de grossir jusqu’en 1637. A ce moment, un seul et unique bulbe de tulipe s’échange contre une somme équivalent à 10 fois le salaire annuel d’un artisan. La bulle éclatée, le même bulbe ne vaudra guère plus que ce qu’un oignon, laissant aux aventureux de quoi nourrir quelques larmes.

De la plume de Charles MacKay

La bulle de la tulipomanie a été popularisé par les écrits d’un journaliste britanique Charles MacKay. Ce dernier a publié un recueil de ses travaux en 1841 sous le titre Illusions populaires extraordinaires et la folie des foules. Selon MacKay, un bulbe de type Semper Augustus s’échangeait contre un terrain de 5 hectares. Ces informations doivent être relativisées car les données économiques de cette époque proviennent essentiellement de pamphlets anti-spéculation (oui, oui, il y en avait déjà), et sont donc biaisées.

Au début était l’abondance.

En 1935, fraichement libérés de la domination espagnole, les marchands hollandais bâtissent des fortunes colossales grâce au commerce avec les Indes orientales. En un seul voyage, un armateur pouvait espérer multiplier son investissement par cinq (en prenant toutefois le risque d’une catastrophe maritime…).

Prospères, ces marchands affichent leur réussite en se faisant bâtir de belles demeures, loties dans de magnifiques jardins fleuris. Et la starlette botanique du moment, c’est la spectaculaire tulipe. Convoitée, elle devient rapidement un objet de luxe qui symbolise réussite et de richesse.

Des tulipes sublimées par un virus.

Il existe de nombreuses variétés de tulipes mais l’une d’entre elle remporte tous les suffrages : la tulipe marbrée. Elle est différente de toutes celles connues à cette époque. On sait aujourd’hui que les motifs marbrés multicolores proviennent d’un virus contracté par les bulbes.

La nature même de cette spécificité contribue à alimenter la pénurie et attise la spéculation.
Il faut entre 7 et 12 ans pour qu’une graine de tulipe produise un bulbe à même de fleurir.

Avec des mots d’économistes, on dira que c’est un cas classique d’inélasticité de l’offre par rapport à la demande. Alors que les tulipes saines – et monochromes – se vendaient au kilo, les tulipes marbrées – et contaminées – sont plus rares. Sans compter que le virus a pour autre effet de ralentir le développement des tulipes. L’offre en est d’autant plus contrainte. Parce qu’elles sont rares et désirables, ces tulipes striées deviennent chères.

La bourse à la tulipe : un marché à terme.

La floraison des tulipes a lieu au printemps et dure une semaine environ. Les transactions nécessitant déracinement et transports, elles ne pouvaient avoir lieu que pendant la phase de sommeil de la plante, entre juin et septembre. Le reste de l’année, les fleuristes signaient des contrats devant notaire pour l’achat de bulbes en fin de saison. Ces contrats à terme étaient tout simplement les ancêtres de nos futures. C’est ainsi que les Hollandais ont développé une de nombreuses techniques de la finance moderne, créant par là une bourse de la tulipe ouverte toute l’année.

 La tulipomanie atteint son comble en février 1637. Un bulbe de tulipe vaut l’équivalent de 10 fois le salaire annuel d’un honnête artisan. La crise de la tulipe est souvent considérée comme une des premières bulles spéculatives qui aient été documentées.

Les spéculateurs entrent sur le marché.

À mesure que la demande de fleurs augmente, les professionnels paient de plus en plus cher les bulbes infectés par le virus, et les prix montent. En 1634, une vague de demande venue de France fait flamber les prix. Fleurant le bon coup, les spéculateurs entrent sur le marché. Le prix d’un contrat de bulbe infecté continue à monter régulièrement. En novembre 1936, le prix des tulipes « normales » amorce à son tour une ascension. Quelques mois plus tard, n’importe quel bulbe s’échange contre plusieurs centaines de florins.

En 1635, il faut 100 000 florins pour acheter un lot de 40 bulbes. Sachant qu’à l’époque 100 florins permettent d’acheter une tonne de beurre, et 240 florins « huit cochons bien dodus ».

La bulle des bulbes atteint son sommet durant l’hiver 1636-1637. À cette période, les bulbes changent de propriétaire jusqu’à 10 fois dans la même journée sans qu’aucun ne se doute que les livraisons n’auront pas le temps de se faire.

Peste et chute.

En février 1637, une épidémie de peste bubonique se déclare à Haarlem. Le prix des contrats s’effondre et les échanges s’arrêtent net. Les acheteurs ont déserté la place. Les vendeurs ont beau faire des promotions, il n’y a plus rien à faire, la demande est fanée. Les bulbes ne valent plus qu’une peau de chagrin, un centième de leur prix d’une semaine plus tôt.

Les bitcoins, nouveaux bulbes ?

A l’époque, le bulbe de tulipe avait gagné 2200% au cours des quatre derniers mois avant son effondrement. Contre 295% «seulement» pour le bitcoin entre fin juillet et fin novembre 2017.

Ce qui est certain, c’est que la crise des tulipes reste une référence majeure de l’histoire financière que l’on ressort et étudie à chaque bulle spéculative, plus de quatre siècles après les faits.

Ce qui est aussi certain, c’est qu’il existe des moyens certes moins rapides mais plus durables de créer de la valeur. Les placements sont une thématique qui est abordée par Blooming Companies dans les paysages de potager traditionnel et de potager permaculturel 

Blooming companies vous accompagne pour gérer vos finances personnelles et vos projets entrepreneuriaux de manière durable en appliquant les principes de la permaculture. La permaculture est une méthodologie éthique de conception de systèmes inspirés de la nature.
> Inscrivez-vous pour recevoir nos prochains articles.

Aucun commentaire
Poster un commentaire

 |