Permaculture

Blooming Companies / Permaculture

  S'il y a une chose que j'aime beaucoup dans cette transition que vous amorçons collectivement, c'est qu'elle s'opère aussi au-delà des classes sociales. S'il est de bon ton chez les bourgeoise d'être écolo-bobo-branchouille et de faire l'apologie de "mon petit boucher local", "mon maraîcher bio". Ailleurs au même instant, d'autres stratégies émergent. Démonstration avec le potager de chantier de la Vallée de Joux.  Les laissés-pour-compte du repas de midi. Il y a quelques années, dans le cadre de mon agence d'événement ARCHI-EVENT, j'ai envisagé de mettre sur pied des cantines mobiles pour offrir...

La permaculture fait partie d'une cohorte de concepts qui valorise les relations réciproques et symbiotiques face aux relations concurrentielles et prédatrices. Elle préfère intégrer plutôt que séparer. Cette posture nous invite à revisiter notre manière d'aborder une gestion de projet, nos relations de travail, notre place dans la société (entre autres) dans une perspective d'intégration heureuse.  Le syndrome de la boite de Pétri Nous devons la plupart des progrès du dernier siècle aux avancées de la science. Des scientifiques ont mis en place des processus, des méthodologies d’analyse pour comprendre isolément des...

Le diable est dans les détails. En agriculture comme en économie, il faut savoir prendre du recul et contrôler constamment la cohérence entre les systèmes, à différentes échelles. Zoomer et dézoomer Les six premiers principes de la permacuture considèrent les systèmes selon une perspective ascendante. On part d’un élément isolé, puis on aborde un organisme, des individus, un groupe etc. Les six principes suivants adoptent plutôt une perspective inverse, descendante. Ils « dézooment », partent des modèles d’ensemble, des motifs (patterns ou fractales) pour revenir au détail. Les détails peuvent brouiller notre perception de la nature...

Transposé à l'économie, ce sixième principe, "Cycler ses déchets" nous nous invite à repenser nos modèles d'affaires en privilégiant frugalité et efficience. Mais aussi à reconsidérer ce que nous désignons comme des déchets. Le mouvement "cradle to cradle", illustre bien cette volonté de repenser l'économie en mode circulaire. Il ne  nous est plus possible de continuer à produire des déchets. Les modèles économiques classiques, linéaires, peuvent être caricaturés par un modèle de type «entrées-sorties », dans lequel les entrées (matières premières naturelles et l’énergie) suivent un processus de transformation et conduisent aux...

J’aime beaucoup l’expression «réinventer la roue». Cette interjection un peu absurde recèle l’évolution fondamentale que nous allons devoir mener vis-à-vis des ressources renouvelables. À bien y regarder, à bien y réfléchir, il existe presque toujours une variante à nos activités quotidiennes, à nos activités entrepreneuriales, basée sur les ressources renouvelables. Réapprendre à faire confiance à la nature. À la quatrième génération (arrière-grands-parents), toute ma famille est issue du terroir. À travers les récits (souvent des femmes dans mon cas), j’ai pu déceler les variations du rapport à la nature. La recherche de...

Dans la nature, tout concourt à maintenir l'équilibre, avec pour conséquence que les effets des rétroactions négatives peuvent mettre longtemps à se faire sentir. Dans le monde économique, plus l'entreprise est petite, plus elle ressent rapidement les revers de ses erreurs. A l'inverse, des entreprises de grande taille peuvent héberger des sous-systèmes dysfonctionnels qui seront mis à jour tardivement.  Une résilience extrême. Dans sa conception, la permaculture intègre plusieurs principes qui soutiennent l'autorégulation. Par exemple, une fonction est remplie par au moins trois éléments et chaque élément remplit au moins trois fonctions....

Lorsque j'accompagne des personnes porteuses d'un projet entrepreneurial, elles subissent souvent les effets d'une croyance qui veut que "les deux premières années tu ne gagnes rien". Cette croyance va à l'encontre du troisième principe de la permaculture. L'illustration parfaite en est "On ne peut pas travailler le ventre vide".  Ici et maintenant. S'il est tout à fait nécessaire d'utiliser notre richesse actuelle pour la réinvestir à long terme dans le capital naturel, il serait malaisé et illusoire de le faire le ventre vide. A quoi bon planter une forêt pour les générations...

Dans la nature ou dans un potager, le temps consacré à la collecte et au stockage de l'énergie est saisonnier. L'abondance se dissipe et cette carence doit être anticipée. Dans le monde économique également, les flux sont saisonniers et non linéaires. Vers une faillite énergétique. Nous vivons une abondance sans précédent dans l'histoire de l'humanité. Malheureusement, elle est en grande partie liée à l’exploitation des réserves de combustibles fossiles et la limite est sous nos yeux. Il nous faut diminuer nos prélèvements car nous avons déjà atteint un niveau insoutenable. En termes financiers,...

Observer attentivement une situation et interagir avec les acteurs avant de lancer son projet est une sagesse de permaculteur. Elle peut être appliquée à beaucoup d'autres domaines, y compris à l'entrepreneuriat. les précieuses informations qui seront recueillies lors de cette phase d'observation permettront d'ajuster le projet de telle sorte qu'il ait le plus de chances possible de se concrétiser. De plus, observer est une source d'inspiration. Observer sans juger, sans se presse, permet d'élaborer un catalogue de solutions, de repérer des motifs, des schémas récurrents et de les intégrer. Observer :...

Une aubergine de 154 grammes, 364 grammes de pommes de terre dans une ancienne poubelle à papier, une poignée de 164 grammes de radis, 184 grammes de tomates à bout de souffle, 29 grammes de minuscules carottes, 5 grammes de fraises et une orange de 35 grammes pour les vitamines, 30 grammes de chou plume pour les jus verts 3 petits poivrons à garnir de fromage blanc pour l'apéro : 39 grammes et des graines pour l'année prochaine. Ou quand le jardinage urbain rime avec modestie et diversité !  ...