Paysages

Blooming Companies / Paysages

Il s'appelle "Blooming People" et c’est lui qui m’attend. J’aime bien comme la vie prend parfois des raccourcis. Je pédalais depuis plusieurs semaines pour «finir» mon livre lorsqu’un petit matin ensoleillé j’ouvre les yeux et que je le découvre.  C’est presque par inadvertance que j’ai voulu évaluer le nombre de pages que ferait le livre terminé. Du Word au kilomètre et du texte mis en page, même en format "grand poche", ça n’a pas la même amplitude. Quelle ne fut pas ma surprise de me situer d’emblée entre 700 et 800...

C’est bien de regarder nos différences pour mieux se comprendre. C'est utile, cela nous permet d'expliquer, d'argumenter, de justifier. Cela nous donne tout un tas de raisons de se tenir loin des autres, de s'en méfier, de les juger. Différences. La différence, c'est ce que nous avons tous en commun. Différences de talent naturel, différence de paysage financier. Différences linguistiques, différences de genre, de lieu de vie, d'origine. Différences d'usages, de croyances, de représentations. On peut y ajouter les différences culturelles, les différences d’éducation et tant d’autres encore. Ce qui nous rassemble. Mais c’est aussi bien de regarder...

Quand on a 20 ans, on trouve que ceux qui en ont 50 sont vieux et ne comprend pas très bien leur mode de vie… L’inverse est souvent vrai. D’un paysage d’abondance à l’autre, il y a aussi des regards croisés parfois teintés d’incompréhension. Mes antidotes favoris contre ces jugements de valeur à l’emporte-pièce: la bienveillance et le respect. Quand on est dans le désert, soit on est dans le déni et on vit comme si on était dans un potager (gare au réveil, il est inévitable et il sera...

J’ai le grand plaisir d’être invitée à présenter le concept de Blooming Companies au cours du festival de la Terre. Sur l’initiative de Déclics et Companie, je présenterai les 7 paysages économiques et l’intégration des principes de la permaculture à l’économie. Cela se passera à l’espace Terre, le vendredi 9 juin à 17h00. Je me réjouis de vous rencontrer à cette occasion !...

Une forêt comestible est constituée de plusieurs guildes. Vous avez plusieurs sources de revenus générées par plusieurs équipes. Il peut s’agir de plusieurs entreprises différentes ou de plusieurs supports de placements gérés de manière efficiente. Parfois les gens rêvent d’atteindre ce stade beaucoup trop tôt dans leur parcours. Les papillons par exemple peuvent avoir d’emblée 5 idées de business qui pourraient, théoriquement, composer cinq guildes. Mais en pratique, il est impossible de passer de la prairie à la forêt permaculturelle sans transition. Les paysages potagers, qu’ils soient classiques ou permaculturels...

Pour dépasser le stade du potager permaculturel, vous devrez changer de posture et faire l’inverse de ce qui vous y a conduit. Alors que vous vous êtes appuyé(e) sur votre indépendance et votre liberté, vous allez maintenant renouer avec l’interdépendance pour avancer en vous entourant d’une équipe. L’identité et le rythme de votre entreprise vont devenir plus importants que votre propre rythme. Vous allez devenir un manager-jardinier. Il vous faudra être attentif à comprendre le talent naturel des personnes dont vous vous entourez pour leur permettre de s’épanouir. Plus important,...

On me demande souvent de préciser la nuance entre les deux potagers. Financièrement, il n’y a pas de distinction flagrante. C’est du coté de la source qu’il faut chercher. Est-elle extérieure ou intérieure ? Dans un potager traditionnel, la source vient de l’extérieur. On s’applique à mettre en place des conseils, des modèles dont on nous a dit qu’ils fonctionnaient. Le potager est ordonné, les poireaux sont alignés, les laitues aussi. Il y a un souci de conformité qui implique beaucoup de travail. Il faut se battre conter les nuisibles, se...

Financièrement parlant, il n’y a pas de distinction notable entre le potager traditionnel et le potager permaculturel. Dans les deux contextes, de l’argent est mis de côté chaque mois et contribue à la constitution de réserves de quelques dizaines à quelques centaines de milliers de francs. Par contre dans l’énergie et dans l’attitude, c’est très très différent. Le jardinier permaculturel va tout d’abord étudier son terrain (sa personnalité, son identité). Il va regarder à quels moments de la journée il y a le plus de soleil, quelles sont les températures...

Dans mon approche, il y a une nuance importante entre le potager traditionnel et le potager permaculturel. Elle n’est pas facile à comprendre alors j’y reviendrai. L’indicateur économique du potager traditionnel est qu’à la fin de chaque mois, il reste de l’argent, ce qui permet de construire une épargne et d’investir. Dans le potager traditionnel, vous arrivez à mettre de l’argent de coté chaque mois. C’est le territoire des travailleurs acharnés car cette épargne est constituée à force de prudence et d’attention. Ce paysage peut concerner aussi bien les salariés...

Le second paysage financier est celui d’une prairie. L’indicateur économique est aussi simple: on dépense exactement ce qu’on gagne. L’air y est plus doux et plus frais que dans le désert. On survit, un mois après l’autre mais sans beaucoup de perspectives et à la merci du moindre imprévu Pour savoir si vous êtes dans la prairie, c’est très simple, regardez ce qu’il vous reste à la fin du mois. C’est invariablement zéro. Vous avez juste assez d’argent pour ne rien avoir. Vos revenus couvrent tout juste les dépenses liées à...

 

Quel est votre talent naturel ? La ressource inépuisable dont vous ne voyez même pas la valeur tant elle vous est familière ?

Découvrez l’abeille, le papillon, l’araignée ou la fourmi et l’histoire qu’ils racontent : un petit bout de vous sur lequel vous appuyer pour avancer sans difficulté.